LVD du vendredi 25 octobre 2019

Bonne écoute

Nouvelles Nationales :

** Port de l’uniforme scolaire : le chantage à la fermeture ou au renvoi de l’école…
** Notre confrère Osman Yonis Bogoreh illégalement arrêté…
** L’enseignante Oumalkaire Robleh Elmi mise à l’écart…

Nouvelles régionales et internationales :

** Brexit : les 27 tombent d’accord sur un nouveau report, mais pas sur sa durée…

** Au Chili, pourquoi une telle explosion de violence ?

*******************************************************

**** Interview exclusif de Me Zakaria Abdillahi Ali ******

La radio LVD a eu en ligne de Teipe, Maître Zakaria Abdillahi Ali , représentant extérieur de LDDH (Ligue Djiboutienne des Droits Humains, qui participe au 40ème congrès de la Fédération internationale des ligues des droits humains (FIDH) .

Dans cet interview Me Zakaria revient sur la situation du LDDH et la lévée de sa suspension au sein de FIDH. Il faut savoir que le FIDH avait suspension le LDDH suite à une situation de confusion après que celle-ci a subi un clonage du régime. Les deux partis ont été auditionnés par le FIDH pour distinguer du vrai du faux le mois de mai 2019. Ceci a permis au FIDH rétablir dans ses droits le LDDH Historique.

Me Zakarie répond longuement la situation des droits l’homme ou les droits humains à djibouti et surtout les nouvelles arrestations et le mort suspect de jeune Gadidche qui a été tué recemment en prison après une arrestation de la police.

Nous avons évoqué également avec lui le cas du notre journaliste Osman Yonis Bogoreh qui a été arrêté le 23 vers 22h 30 à djibouti et dont nous sommes sans nouvelle dépuis.

Le cas said Abdillahi Yassin, membre du LDDH arrêté juste après le journaliste a été souligné par Me zakaria dans son interview.

D’une manière générale, Me Zakaria appelle le régime à liberer sans condition toutes les personnes arrêtées illégalement et présenter devant les juridictions adaptées ceux qui ont fait des choses répréhensibles, mais dénonce vigoureusement les disparitions et les morts suspects.

Il a indiqué que le LDDH se reserve le droit de poursuivre toute personne responsable des maltraitances ou des meurtres devant les juridictions internationnales.

Bonne écoute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *